Les coraux, merveille du monde.

Tendance de la population

Tendance de la population: en diminution

Un organisme bien vivant

Chaque formation corallienne est constituée d'innombrables polypes minuscules qui, par leurs sécrétions, forment un squelette calcaire croissant, selon l'espèce, de quelques millimètres à 20 centimètres par an. Ces polypes vivent en symbiose avec des algues unicellulaires microscopiques, les zooxanthelles, qui les alimentent en oxygène, en sucres, en acides aminés et en acides gras. Ce sont ces algues qui confèrent aux récifs coralliens leurs magnifiques couleurs.

Préjugés

Il est fréquent de croire que le corail ne se développe que dans les mers chaudes où il forme les célèbres récifs et atolls. En réalité, les mers froides, au large de la Scandinavie, de la Grande-Bretagne et de la péninsule ibérique, hébergent aussi des récifs coralliens, qui sont des récifs d'eau froide, profonds, à corail non photosynthétique.

Des vertus médicinales

Même si les scientifiques commencent tout juste à saisir le rôle que les récifs coralliens peuvent jouer en médecine, ils utilisent déjà des organismes qui en sont issus pour créer des traitements contre des maladies comme le cancer et le SIDA.

Doyens des mers

En tant que colonies, les grands récifs coralliens semblent être les plus vieux animaux coloniaux vivants du monde. La longévité de certaines colonies dépasse de loin celle des tortues géantes des Galápagos, vivant plus de 200 ans. Certaines auraient peut-être plusieurs milliers d'années selon certains experts. Ils figurent parmi les plus anciens animaux, étant apparus il y a 500 millions d'années !

Au cours des 240 millions d’années écoulées, les coraux ont évolués pour devenir l’un des écosystèmes les plus importants et les plus complexes de la planète. Les récifs coralliens abritent plus de 4000 espèces de poissons, 700 espèces de coraux, et des milliers d’autres plantes et de formes de vie animale. Les scientifiques estiment que, au total, plus d’un million d’espèces de plantes et d’animaux sont associés à l’écosystème corallien.

Une protection côtière

Les récifs n’occupent que 0,2 % des océans. Pourtant, ils protègent plus de 150 000 kilomètres de côtes dans plus de 100 pays et territoires. Ils forment une barrière absorbant l’énergie des vagues et contribuent à la réduction de l’érosion des côtes.

Un habitat animal et humain

Les scientifiques estiment que plus d’un million d’espèces animales et végétales sont associées aux récifs coralliens qui accueillent plus de 25 % des espèces marines. Les coraux sont également à la base de la formation d’autres écosystèmes.

Une importance alimentaire

Plus de 850 millions de personnes vivent à moins de 100 kilomètres des récifs coralliens et sont susceptibles de bénéficier des services écosystémiques qui y sont associés. Les récifs « bien gérés » peuvent en effet donner entre 5 et 15 tonnes de poissons et crustacés par kilomètre carré.

Une importance économique

Des millions de personnes dans le monde dépendent des récifs pour leur emploi. Selon une estimation, le bénéfice net total annuel des récifs coralliens dans le monde est de 29 ,8 milliards de dollars.

Une richesse touristique

Les récifs coralliens sont souvent l’élément essentiel de l’économie des régions tropicales qui les abritent. Plus de 100 pays bénéficient du tourisme lié aux récifs qui contribue à plus de 30% des recettes d’exportation dans plus de 20 pays.

Un avenir médical

Les organismes récifaux sont utilisés dans le traitement de maladies comme certains cancers tels que la leucémie, le VIH, les maladies cardio-vasculaires, les ulcères ou encore les greffes osseuses. Seule une infime partie des organismes récifaux a été échantillonnée. Le potentiel pour de nouvelles découvertes pharmaceutiques est tout simplement énorme.

Pourquoi les coraux sont menacés ?

Les récifs coralliens sont dégradés par une accumulation de contraintes résultant des activités humaines. La surpêche, la pollution et le développement côtier sont en tête de liste des facteurs de stress chroniques. D’autres sont dragués ou sablés pour leur calcaire ou pour améliorer l’accès et la sécurité de la navigation. De plus, les changements globaux à long terme (hausse des températures de la mer et du niveau de CO2), les tempêtes, les tremblements de terre et les éruptions volcaniques affectent également les récifs coralliens.

La surpêche

L’augmentation de la demande en poisson a abouti à la surpêche d’espèces récifales. La surpêche de certaines espèces peut facilement affecter l’équilibre écologique et la biodiversité du récif. Par exemple, la surpêche des poissons herbivores peut conduire à des niveaux élevés de croissance algale asphyxiant le corail présent.

Des méthodes de pêche destructrice

La pêche à la dynamite et au cyanure rend les poissons plus faciles à attraper. Ces pratiques ne permettent pas de cibler une espèce, elles détruisent tout, là où elles sont appliquées. Endommager les récifs coralliens a des conséquences sur tout l’écosystème récifal, et de ce fait un impact immédiat sur la subsistance des pêcheurs concernés.

Tourisme non durable

Le tourisme génère de grandes quantités de revenus pour les pays d’accueil. Lorsqu’elles ne sont pas réglementées, les pressions du tourisme peuvent causer des dommages sur l’environnement alentour : plongeurs négligents, ancres des bateaux mal placées, hôtels évacuant les eaux usées non traitées (polluant l’eau, créant de la sédimentation, tout en encourageant la croissance des algues qui rivalisent avec les coraux).

La pollution

Les récifs coralliens ont besoin d’eau pauvre en minéraux pour se développer. La pollution par les activités humaines terrestres, lorsqu’elle est transportée par les rivières dans les eaux côtières, peut endommager les récifs coralliens.

Commerce du vivant pour les aquariums

On estime que près de 2 millions de personnes dans le monde possèdent un aquarium marin. La grande majorité des aquariums marins est fournie en espèces capturées dans la nature, donc sauvages. Les menaces dues à ce commerce comprennent l’utilisation du cyanure pour la collecte, la surexploitation des organismes ciblés et les niveaux élevés de mortalité associés à des pratiques de maintenance et d’expédition sommaires.

Les maladies des coraux

Au cours des 10 dernières années, la fréquence des maladies développées chez les coraux semble avoir augmenté de façon spectaculaire, ce qui contribue à la détérioration des communautés de récifs coralliens dans le monde entier.

Espèces invasives

Les espèces qui, en raison de l’activité humaine, ont été déplacées, intentionnellement ou non, dans des zones où elles ne sont pas naturellement présentes sont appelées «espèces invasives». Souvent le rôle régulateur des prédateurs et des parasites d’une espèce invasive font défaut. Ces espèces peuvent alors se multiplier rapidement en modifiant radicalement l’écosystème. Les dommages causés par ces espèces peuvent être dévastateurs: altération de la dynamique des écosystèmes, perte de biodiversité, réduction de la résilience des écosystèmes et perte de ressources.

Pétition pour protéger la grande barrière de corail

SIGNER LA PÉTITION

En partenariat avec

Bracelet Corail

  • Fabriqué à partir de déchets marins recyclés
  • Représente les 450 grammes de déchets marins que vous avez supprimé des océans
  • Nous reversons 10% de nos bénéfices à une association qui protège les coraux
  • Montrez votre soutien pour les coraux
  • Assemblé à la main par une famille d'artisan
  • Ajustable
  • Unisex Design

En achetant ce bracelet, vous supprimez 450 grammes de déchets marins de nos océans et vous contribuez à la protection des coraux.