Le corail, l’allié primordial de la vie sous-marine

Le corail est un ami majeur pour le maintien de notre biodiversité sous-marine et il est aujourd’hui menacé de disparition en réponse au réchauffement climatique. Peu de personnes le savent, mais le corail n’est pas une plante ; le corail est bel est bien un animal.

Le corail, qui est-il ?

Le corail est un animal appartenant à la famille des cnidaires. Les coraux vivent quasiment toujours en colonie dans les mers chaudes, cependant des scientifiques ont récemment découverts des récifs coralliens au large de la Norvège. Le corail fabrique son squelette externe calcaire et dur qui permet la construction d’un récif corallien. Chaque formation de corail est constituée en fait d’une multitude de « polypes » qui sont minuscules et qui s’assemblent entre elles. Les polypes vivent en harmonie avec des algues unicellulaires microscopiques appelées les « zooxanthelles » ; ces algues alimentent les polypes en oxygène, sucres, acides aminés et acides gras. La belle couleur des récifs coralliens est dû à ses microscopiques algues.

La surface totale de tous les récifs coralliens qui sont recensés sur notre planète représente moins de 0,25 % de la totalité de l’environnement marin. Mais pourtant, les scientifiques estiment que c’est environ 2 millions d’espèces différentes qui vivent grâce à ses larges étendus de coraux. C’est là que grandissent un quart des poissons de nos océans et même certaines espèces que nous mangeons.

La faune et flore dans un récif corallien est largement comparable à celle présente en forêts tropicale comme celles d’Amazonie ou de Nouvelle-Guinée. La biodiversité créée par les récifs coralliens est fondamentale à la planète. Elle est source de nourriture, mais pas seulement ! Dans les zones côtières par exemple, les récifs coralliens créent de véritables remparts contres les phénomènes naturels violents comme les cyclones, typhons ou ouragans. Aujourd’hui, avec le réchauffement climatique et les dégâts causés par l’Homme les récifs coralliens et le corail sont menacés. On estime qu’environ un quart des récifs coralliens mondiaux a déjà subi des dégâts irréversibles et que deux tiers sont clairement menacés.

Le corail et les récifs coralliens dégradés par l’Homme

Certains récifs coralliens sont âgés de plusieurs dizaines de milliers d’années, cependant, l’activité humaine provoque des changements catastrophiques qui rend ces récifs vulnérables face aux maladies. Pêche au cyanure, pêche à la dynamite, pêche aux explosifs, chalutage en eau profonde ; toutes ces pratiques barbares représentent d’énormes menaces sur les coraux. La surpêche a quant à elle un impact sur l’équilibre écologique de la vie dans les récifs coralliens et chamboule ainsi l’ensemble de la chaîne alimentaire.

Le tourisme participe beaucoup à l’extinction des récifs coralliens. Certaines activités touristiques comme la navigation permettent aux touristes de jeter l’ancre au beau milieu d’un récif ; des plongeurs vont même jusqu’à toucher le corail, l’arracher… Si vous souhaitez en apprendre davantage sur le tourisme responsable, j’en ai fais un article que vous pouvez lire ici.

La pollution participe bien entendu à l’affaiblissement des récifs coralliens. La surabondance des déchets industriels et particuliers, les eaux usées, les marées noires et les produits phytosanitaires représentent un réel poison pour les récifs coralliens. Toutes ces substances sont réellement toxiques et elles sont parfois versées directement dans l’océan, ou sont alors entraînées par les eaux fluviales jusqu’à la mer. Je rappelle que l’océan commence dès la bouche d’égout !

Certains polluants font monter le taux d’azote dans l’eau de mer, ce phénomène entraîne une croissance exponentielle des algues et celles-ci asphyxient les récifs en les privant de la lumière du soleil.

Comment apporter son aide au corail ?

Déjà il faut se renseigner ! Apprenez-en le plus possible afin que vous aussi, vous puissiez essayer de convaincre votre entourage que tous les sujets liés à l’écologie et à la planète ne sont plus à mettre au second plan aujourd’hui.

Il faut déjà lutter contre la surpêche et pour cela, il faut revoir ses habitudes de consommation. Préférez du poisson dont on connait la provenance et la méthode afin de ne pas encourager cette pratique. Lorsque vous êtes en voyage, refusez de visiter les récifs coralliens, mieux vaut les voir en photos plutôt qu’en vrai et de les déranger.

L’aide au corail se fait également depuis chez-vous en réduisant votre consommation de déchets, par exemple !

Vous souhaitez montrer à votre entourage que vous soutenez la cause du corail et des récifs coralliens ? Vous pouvez vous procurer un bracelet corail et contribuer à réduire 450 g de déchets des océans ; c’est un petit geste, mais c’est en les multipliant qu’on pourra accomplir beaucoup de choses.

Merci d'avoir lu notre article, n'hésitez pas à nous laisser votre avis.